Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 16:39

Après les animaux, entamons une nouvelle promenade toponymique cette fois en retenant les noms rapportant aux arbres et comme précédemment en en profitant pour préciser de petites notes ethnographiques ou historiques.

 

La flore en général occupe une grande place dans la toponymie, c'est aussi le cas des arbres, bois et autres taillis, car ils étaient et sont toujours d'une grande valeur pour les Hommes, ils leurs donnent de quoi se chauffer, bâtir, se guérir, sont un refuge pour le gibier etc...

 

Beaucoup de toponymes ne font pas référence à un arbre en particulier mais au groupe : le bois, « koed » (ou « koad ») en breton, nombres de villages se sont nommés en rapport à ce « désert » médiéval : Talhouët= le front du bois, Penhouët = Le bout du bois, Trégouët= le village du bois, Coispéan= le bois païen, Couëtmeur= le grand bois, Coët Roz= le bois du tertre, Kercoat = village du bois,  Kercoudy =le village du petit bois, Coiquenay= Le bois de la butte...

En gallo il en est de même, les « bois » (prononcez « boué » ou « bois ») sont courants (« bois du gué », « bois de Pourhan »...).

 

Le mot « forêt » est rare, de toute manière il est à l'origine un terme juridique (« territoire soustrait à l'usage général et dont le roi se réserve la jouissance »), au moyen age l'on pouvait tout à fait avoir des « forest » sans arbres …


En revanche nous avons bien des taillis et des bosquets : Killi en breton (Quilly, Kerguily..) ou « brousse » en gallo ( la brousse au cerf, la brousse...). Il y a aussi le breton « Bod » = buisson mais nous ne citerons pas tout sinon nous y serons encore demain. Regardons plutôt de plus près...

 

La déforestation en Europe fut précoce, beaucoup de toponymes suggèrent ce défrichement :

En gallo :

Ecobu= brûlis.

En breton :

Krann, (Cranda, Crancoët...)

 

Les forêts des climats océaniques offrent une grande diversité d'essences, on pourrait s'attendre à toute sorte d’espèces d'arbres citées, et pourtant que neni ! Les bretons (comme les autres) ont leurs marottes, et à croire leurs toponymes il n'y aurait que des hêtres ! Des hêtres ! Des hêtres (et puis aussi accessoirement un peu de chênes de châtaigniers, de tremble et de saules)

 

 

-Ils sont foux ces hêtres ! (désolé)

 

En gallo (fou) comme en breton (faou) le mot vient du latin (fagus), c'est d'ailleurs la première bizarrerie ( Rome n'est pas connue pour ces impénétrables hétraies...), deuxième bizarrerie relative, c'est de trouver autant de noms de lieux rapportant aux hêtres dans des zones où ils ne sont pas particulièrement présents. Il faut cependant savoir que le climat a changé et des périodes plus froides comme le bas moyen age ou la fin de l'antiquité étaient être plus adaptées à notre camarade fagus sylvatica.

Enfin, pourquoi lui ? Je n'ai pas de réponses exactes, peut être des pistes : c'est le plus haut, ses fruits peuvent être consommés (le « café » de fouenne), c'est une essence noble et puis ce serait l'arbre préféré d'un champignon arboricole rigolo : l'amadouvier, qui brillerai la nuit (??) et surtout connu depuis la préhistoire à la fois comme excellent pour démarrer un feu (on les utilisait pour les briquets), mais aussi comme remède. C'est d'ailleurs l'un des rares champignons à avoir le droit à un nom en breton et qui plus est sans connotation péjorative (tonn), c'est peut être un cas unique d'ailleurs (les bretons étaient du côté « mycophobe » de la force, pour en savoir plus lisez l'article de Levy Strauss en bas de l'article, tout cela sent fort le tabou!).

 

Noms de lieux : Penfao, Tréfoux, Faugourbin, Faugunot....

 

  • Le chêne :

 

L'autre superstar, en breton « derv »=les chênes, on le retrouve dans Derval et Drefféac. En gallo c'est « chengn ». C'est aussi une essence noble, l'arbre peut vivre vieux, très vieux, et ça, c'est fascinant ! Le chêne au Duc dans la forêt du Gâvre aurait ainsi vécu 1100 ans. C'est peut être cette longévité qui lui a donné ce petit côté sacré aux yeux des Hommes. Nombres d'arbres sacrés sont des chênes, comme celui de Juzet où sont encore déposées de petites offrandes.

Il n'est pas toujours bon d'être un chêne adoré, d'anciennes traditions attestées en pays nantais montrent que l'on abattait un chêne la veille de la Pentecôte pour le placer sur la place du bourg où il restait toute l'année (ces traditions existent tout autour du globe, et sont sans doute à relier avec le mythe de l'arbre monde ).

 

Article 6 du cahier de doléances de Sion :

"...contraire à la religion et aux bonnes mœurs. Voici en quoi il consiste : le seigneur a droit de faire marquer par son sergent audiencier un pied de chêne situé sous le proche fief d'une seigneurie inférieure à la sienne, la veille de la fête de la Pentecôte, et de contraindre par voie de justice les sergents baillagers de sa châtellenie à faire abattre le dit chêne dans une charrette, et de la faire conduire dans cette voiture le lendemain également jour de fête par ces hommes attelés comme des bœufs sur cette charrette, au bourg de Sion éloigné de quelquefois d'une lieue où se prend l'arbre, à travers les mauvais chemins, les rivières et les ruisseaux qui se rencontrent. Arrivés au bourg de Sion, les malheureux traînent la charrette et l'arbre autour du cimetière et de l'église et puis ils finissent par le planter sur la place publique du dit bourg où il reste jusqu'à l'année suivante où on déplace l'ancien pour y substituer le nouveau."

 

Sources :

-Tremblay Hervé, Noms de lieux et itinéraires anciens en Loire Atlantique, Goubault imprimeur, 1996

-Giraudon Daniel, Du chêne au roseau, Yoran embanner, 2010

-archives départementales de Loire Atlantique

-Levy Strauss Claude, Les champignons dans la culture. disponible en ligne ici

(- à propos de l'arbre monde (un chêne) dans la tradition celtique antique lire les articles de X. Delamarre :

-Andrusteihae Matres

-Les rois du monde)

(tronc du chêne de Juzet à Guémené-Penfao, à droite de petites offrandes)

(tronc du chêne de Juzet à Guémené-Penfao, à droite de petites offrandes)

Partager cet article

Repost 0
Published by Mài - dans Breton Gallo
commenter cet article

commentaires

Solange 11/05/2014 18:04

Si vous vous intéressez au tilleul que vous ne mentionnez pas ici mais qui est je crois très fréquent en Bretagne aussi je vous conseille ce petit ouvrage qui possède en dernières pages un condensé toponymique. A noter : une prochaine édition comprendra une nomenclature très détaillée des lieux dont l'étymologie est liée au tilleuls ( sans doute plus de 200 noms répertoriés) - à lire et à commander sur http://siletheilmeracontait.wordpress.com

Présentation

  • : Mitaw
  • Mitaw
  • : Dans ce blog vous trouverez des informations sur l'histoire, les langues, et les traditions orales du Nord-Ouest du pays nantais.
  • Contact

Plus d'infos sur notre page Facebook/ Kit d'hor pajenn Facebook da ouiet pelloc'h  : Mitaw Arblog

 

Recherche

Plus de photos sur notre Tumblr / Fotoioù ouzhpenn àr hon Tumblr :

 

Catégories