Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 18:53

 

Domestiques ou sauvages, nous partageons nos vies et notre environnement avec les animaux. Les noms de lieux servants dans la plupart des cas à décrire le dit lieu, il n'est pas étonnant que ces bestioles y apparaissent.

A la pure description s'ajoute la dimension culturelle, des « réputations » bonnes ou mauvaises suivent certains animaux....

 

Il y a enfin comme pour toujours en toponymie de nombreux pièges, en parlant des animaux, l'un des pièges toponymiques les plus courants dans le département est l'élément breton « bran » que l'on rencontre dans de nombreux de noms de lieux (Brangouin, Branru, Brandu, Bran, Brand...). Ces toponymes sont souvent compris comme venant du breton « bran » (corbeau), en réalité c'est un terme breton homophone signifiant « colline ».

Il peux aussi avoir des toponymes transformés par une étymologie populaire.

Bref, je ne suis pas non plus à l'abri de ces pièges, l'article est bien sûr ouvert à la critique.

 

("le chien hanné" à Avessac)

 

 

 

Allons donc voir ces animaux figés dans les noms de lieux ! Ah oui j'oubliais il y a un gros mot pour ça : la « zootoponymie » (les noms de lieux d'animaux en gréco-académicien)

 

 

Cerfs et biches :

 

Voilà une « beste noble » ! A part les malheureux élans disparus d'Europe de l'ouest durant le début du moyen-age laissant quelques toponymes gaulois derrière eux, les autres cervidés sont encore bien fréquents à la fois dans nos forêts et sur nos panneaux routiers :

 

_Le parc aux cerfs (Avessac) : « parc » est sans doute à comprendre ici au sens de « champ ».

_Tertre a la biche (Blain)

_Le saut du chevreuil (Masserac): Les dérivés verbaux sont courants avec les animaux, et leurs sens obscurs, le saut du chevreuil désigne peut être en réalité simplement un petit ruisseau pouvant être enjambé par un chevreuil.

_La Ville au Carou (Férel) : Souvent, les « ville X » sont des romanisations de toponymes bretons plus anciens en « kêr », le second élément reste car il n'était plus compris. C'est peut être le cas ici avec l'élément « Carou », peut être simplement un nom d'homme, mais peut être aussi du breton « karv » (cerf).

 

 

Les bêtes à plumes et à becs :

 

Allez un faux ami pour commencer :

 

_Kerbiquette: le breton ne semble pas si compliqué avec ce genre de noms de lieux !! Et pourtant... rien à voir avec nos pauvres biquettes ici, il s'agit de Kêrbiged, le village aux pies!

_Kerbiquet(Saint Molf) : Même chose, avec une orthographe moins trompeuse.

-Le bois à la pie (Plessé)

L'Hotel à l'oie (Derval)

_Le Chat-Huant (Le Dresny): Le « Chat-Huant » est une francisation du gallo « chohon » qui vient du gaulois « cauanos » (chouette) que l'on retrouve en breton « kohann »/ « kaouenn ». C'est un animal nocturne et de très mauvaise fréquentation dans la mythologie populaire, il va souvent de pair avec la mort qu'il annonce !

_Escoublac : Scoubl dans les langues celtiques anciennes désignait le milan, Escoublac est donc le « lieu aux milans »

_Kescoul  (Guérande) : Pas très loin de la Baule justement, on retrouve le même mot, modernisé. Kêrskoul, le village aux milans.

_Le pigeon blanc : Le voyageur curieux a du tomber maintes fois sur ces pigeons de toutes les couleurs, il s'agissait en réalité d'auberges, haltes aux voyageurs. A Lanvallay une auberge fut ainsi nommée le « pigeon vert » puisqu'un client corsaire offrit un perroquet aux propriétaires.

_Le pigeon frais (Guérande). Même chose mais en plus « frais ».

 

 

chat-huan.JPG

 

Chats et chiens :

 

_Le chat troussé (Missillac)

_Le chien hanné (Avessac): Nom curieux, « hann » est le mot gallo pour pantalon. Le chien hanné est donc un chien portant un pantalon. Un nom absurde qui irait bien à une auberge !

 

Bovidés :

 

Très courants aussi !

 

_Penbu (Massérac) (juste en face de la grée du veau) : peut être un toponyme breton semblable aux formes anciennes de Paimboeuf (en parti francisé par la suite), et signifiant « tête de boeuf » (Penn-bu)

_Fontaine aux veaux (Trélan en Plessé)

_Le rocher à la vache (Sévérac)

_Le rocher du veau : Le mot « veaux » à parfois été confondu avec « vaux » (vallée)

 

 

Equidés :

 

_Penazin : (Guenrouët) Du breton "penn" (tête) et peut être du mot "azen" (âne), la "tête d'âne" donc, selon Hervé Tremblay. Forme ancienne Penazen (1558)

_Boudazin :( Bouvron) : Peut être du breton Bod-azen, le buisson de l'âne.

_Tremar : (Plessé) Selon le B: Tanguy du breton "tre" (village) et "marc'h" (cheval), Marc'h peux aussi être un nom d'homme.

 

 

 

Loups et renards :

 

Les loups on disparus de nos contrées il y a maintenant plus d'un siècle. La Bretagne,le Poitou et plus largement le bocage était l'une des zones les plus habitées par le loup en Europe de l'Ouest. Pour le pays nantais c'est Plessé qui fait figure de nid à loups, M Cocaud de Painfau dans une séance de l'administration municipale du canton de St Nicolas de Redon : "Les loups font de si grands ravages dans le canton, principalement dans la commune de Plessé qui renferme une étendue de bois considérable..."

Selon certains spécialistes son retour pourrait être dans seulement quelques décennies. En attendant de pouvoir réentendre leurs hurlements dans le bocage, c'est sans doute l'espèce la plus présente dans les noms de lieux :

 

_Le Port au loups (Plessé)

_La cour aux loups (Herbignac)

_La pierre aux loups (Missillac)

_Le pont au loup (plessé)

_La Ville és Blais (pornichet) : Ici le « kêr » a été traduit en gallo par « ville ès », le second élément n'était plus compris, et vient du breton « bleiz » (loup), il peut aussi s'agir d'un nom d'homme, le patronyme « LeBlaye » (le loup) et dérivés sont assez courants en Loire Atlantique.

_Ville au Blais (Saint André des eaux)

 

_La Goupillière (Cambon): voilà notre renard et son nom roman ancien « goupil », le mot renard se popularisera avec le « roman de renard ». Ici aussi il peut s'agir d'un nom d'homme.

_La pièce à goupil (Plessé)

 

Insectes et vers:

Parce qu'ils faut les aimer aussi:

 

_Les Merions(Guémené-Penfao) : Peut être formé à partir du mot breton « merion » (fourmis) à moins qu'il ne s'agisse d'un nom d'homme.

Merionnec (Guérande) : Formé à partir du breton « merion » (fourmis), merionnec le lieu aux fourmis, la fourmilière. La société de ces petites bêtes étaient vue comme un exemple de perfection sociale, d'organisation et de labeur... beurk!

_Beguenette (Plessé) : Peut être un rapport avec nos amis les lombrics « beghen » en gallo.

 

 

Autres:

 

_La grenouillère (Fégréac): une grenouillère indiquait un marécage. Sans surprise.

_Bouvron : Cette commune tire son nom d'animaux devenus rares dans le département (il ne reste que quelques familles): le castor. Bouvron vient du gaulois bebro (castor).

 

 

Animaux imaginaires :

 

_Le pont de la miterne (ile de Mazin ) / Pièce de la miterne (Saint Gildas des bois)  :  Les miternes sont des animaux imaginaires, on les retrouve surtout dans le Morbihan, voici une description,  en breton dans le texte (redek ar lerc'h miterned, p304 etrezomp e brezhoneg) :

 

"... ar miterned-se a veze komzet anezhe èl a pa vehent bet den, ha den ne oant ket, èl evn, hag evn ne oant ket, èl loen, ha loen ne oant ket nemet un dra bennak ag an tri....reve meur a gredenn, an hanioù misterius se o doa beli àr an amzer àr an hadaj, àr an eost àr ar leoned ha me oar me !..."

 

Traduction : ces miternes on en parlait comme si elles étaient humaines,  mais elles ne sont pas humaines, comme des oiseaux, mais elle ne sont pas oiseaux, comme des animaux mais elles ne sont pas des animaux, quelques chose qui tient des trois.... selon plusieurs croyances, ces êtres mysterieux contrôlaient le temp, les céréales, la moisson, les animaux ect ...!

 

A cela s'ajoute un autre aspect, ce genre de croyance ont ainsi dût finir au second-degré, puisque dans beaucoup d'endroits, la miterne est devenue une sorte de dahut (que l'on nomme "darin" ou "hobreù" en Loire Atlantique), et "redek àr lerc'h ar miterned" (courir après les miternes) c'est être bon à croire n'importe quoi....

 

Une cousine normande : la piterne.

 

545px-Blason_bouvron.svg.png

(Le riant blason de Bouvron et ses deux castors !)

 

 

En savoir plus :

 

Gendron Stéphane, Animaux et noms de lieux, éditions errance, 2010.


Tremblay Hervé, Noms de lieux et itinéraires anciens en Loire Atlantique, Goubault imprimeur, 1996

 

 

Et les sages remarques de "Ar Barzh" (surtout pour les toponymes bretons) !

Partager cet article

Repost 0
Published by Seoc - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mitaw
  • Mitaw
  • : Dans ce blog vous trouverez des informations sur l'histoire, les langues, et les traditions orales du Nord-Ouest du pays nantais.
  • Contact

Plus d'infos sur notre page Facebook/ Kit d'hor pajenn Facebook da ouiet pelloc'h  : Mitaw Arblog

 

Recherche

Plus de photos sur notre Tumblr / Fotoioù ouzhpenn àr hon Tumblr :

 

Catégories