Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 13:22

 

 

Après avoir étudié les croyances populaires concernant la création de la Brière (1) nous allons nous pencher sur la vie dans les îles, les 170km² de zones humides qui font le marais brièron cachent en effet de véritable îles qui peuvent être détachées du «continent» 7 mois par ans.

 

Cette insularité a permit le maintient d'une notion de la propriété commune particulièrement vivace qui a influée et influe jusqu'au vote de ces habitants (un des bastions de gauche du département). En Brière comme ailleurs ces biens communs ont été mis à mal bien des fois par le libéralisme et la «rationalisation» des terres agricoles sur le modèle anglais.

 

La Brière est donc axée autours d'îles, Pendille, Guersac, Fedrun, Kerfeuil, Mazin, Aignac, Erran, Camerun, Camer, Mayun, Brécun....

 

Les villages insulaires sont organisés en ronds, un rapide coup d'œil sur une carte vous le prouvera:

 

mazin.jpg

(ïle de Mazin)

 

Voici un petit plan, qui permet de mieux comprendre le fonctionnement social d'une île brieronne;

Toute la partie centrale de l'île est constituée d'une «gagnerie» ou «île», c'est à dire un vaste champs cultivable pour tout les habitants de l'île, ce sont, le plus souvent les femmes qui s'occupent de la vie agricole. Ces champs étaient destinés aux céréales, qui étaient moulus au moulin situé normalement au centre de l'île. Les habitations brieronnes, tout autours, sont tournées vers la gagnerie, chacun possède un «courtil», un petit jardin vivrier, qui a l'inverse de la gagnerie est une propriété individuelle, qui donne sur la curée ou «chalandière» canal autours de l'île, et porte vers l'extérieur.

 

ile.jpg

(organisation d'une île brieronne, la gagnerie, les habitations, les courtils, et la chalandière)

 

Les brierons se déplaçaient dans cet univers liquide dans des embarcations qui on fait leurs renoms : les «blins», ils passaient pour maîtres de la construction de bateaux, ce qui ne fut peut être pas pour rien dans le choix de Penhouët comme chantier naval. Le blin permet le transport d'hommes (à travers toutes les étapes de leurs vies, du berceau (ber) au cercueil) et marchandises à travers le marais, mais aussi de vendre la tourbe, l'or noir du pays jusqu'à Nantes par la Loire ou même sur l'océan. Loin du cliché du briérons renfermé sur lui même, la Brière était un réservoir d'excellents marins, qui sont allés au quatre coins du monde.

 

Le marais était aussi la propriété exclusive du peuple du marais (l'maré gardi), où était extraite la fameuse tourbe, les brierons n'ont jamais été sujets au servage ou encore à la dîme. Le plus ancien texte qui confirme leurs droits a été rédigé par le duc François II de Bretagne et garantit la propriété collective du marécage. Contexte particulier donc, d'autant plus qu'il n'y avait ni paroisse ni curé jusqu'au XVIIIème siècle...

 

Il faut cependant nuancer, une grande partie du département (et de l'Europe de l'Ouest), comme nous l'avons vus dans un autre article (2) était aussi organisé autours de zones communes. Ce statut officiel a permit au brierons de préserver leurs droits jusqu'à nos jours, ce qui n'a pas été le cas de bien d'autres lieux où les biens communs ont été balayés par les attaques libérales. Le mouvement est né en Angleterre dès le XVIème siècle, et vise à la «rationalisation des cultures» en les privatisant dans le but d'augmenter et nationaliser la production.

«Une frontière interieure à conquérir pour faire progresser la civilisation» ( J. Neeson)

Ces idées passeront sur le continent, nottament en France, et même si le débat sur l'utilité des communaux fût vivace, et que certains lumière comme Rousseau(3) les considéraient comme utiles et souhaitables ils finirent déchus au titre d' «anomalies juridiques» avec la Révolution.(4). Cette privatisation entraîna, de part le monde, presque toujours des mouvements de révoltes (et fut une cause de la révolution Méxicaine au début du 20ème siècle pour ne citer que l'exemple le plus lointain). Les révoltes «contre-révolutionnaires» qui eurent lieux dans l'Ouest étaient plus animées par la privatisation des terres et la mobilisation des hommes à la guerre que par la protection d'un roi lointain (5).

 

Ainsi le marais de Donges (propriété alors commune (6)), au Sud de la Brière, subit de plein fouet ce changement, et malgré l'indignation et les révoltes de la population, le marais de Donges fût asséché .Trignac, Gron, Reniac, Tréféac, Méan ou encore Penhouët passent en quelques année d' îles entourées de marécages communs à des zones entourées de vastes et fertiles prairies contrôlées par des métayers et petit à petit l'ensemble du territoire passa sous le régime de la propriété privée.

 

La Brière, résista à ces attaques et préserva un environnement d'une richesse biologique impressionnante. Le contraste est grands avec Donges et ses raffineries de pétrole., deux zones sœurs a la destinée bien différente..


P1060041.JPG

(une maison à Fedrun et un mouton "des landes de Bretagne" espèce très archaïque inhérante aux communs de la Bretagne celtique et mixte et dont les derniers éléments fûrent retrouvés en Brière (7) )

 

 

1)http://mitaw.over-blog.com/article-la-creation-de-la-briere-dans-les-croyances-populaires-73651951.html

2)http://mitaw.over-blog.com/article-l-organisation-rurale-dans-l-ouest-du-pays-nantais-50830346.html

3)http://en.wikipedia.org/wiki/Jean-Jacques_Rousseau

4)Marie-Danielle Demélas et Nadine Vivier ,Les propriétés collectives face aux attaques libérales (1750-1914) Europe occidentale et Amérique latine, Presses universitaires de Rennes, 2003

5) Avant la révolution les bretons ne pouvaient être mobilisés sans le consentement du parlement de Bretagne.

6)Blog très complet sur la Brière : http://yves.moyon.pagesperso-orange.fr/BGB%20page%202.html#Revolution

  7) Blog sur les moutons noir des landes de Bretagne "Dañvad-du lanneier Breizh" : http://mouton-des-landes-de-bretagne.over-blog.net

 

Autres sources.

-> Anne-Marie Charaud, L'habitat et la structure agraire de la Grande Brière et des marais de Donges, annales de géographie, n°306, 1948 (disponible sur Persée)

-> Pascal Bacuez, Ethnographies briéronnes, 2005, l'harmattan

Partager cet article

Repost 0
Published by Seoc - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mitaw
  • Mitaw
  • : Dans ce blog vous trouverez des informations sur l'histoire, les langues, et les traditions orales du Nord-Ouest du pays nantais.
  • Contact

Plus d'infos sur notre page Facebook/ Kit d'hor pajenn Facebook da ouiet pelloc'h  : Mitaw Arblog

 

Recherche

Plus de photos sur notre Tumblr / Fotoioù ouzhpenn àr hon Tumblr :

 

Catégories