Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 17:07

 

Curieux endroit que le pays nantais, à en croire ce que certains en sont venus à penser celui-ci serait un trou dans le grand ouest, ni breton, ni vendéen, ni… en fait un rien du tout sans histoire, sans langues… sauf peut être cet étrange adjectif sortit de son contexte Rhône-Alpain pour combler ce vide béant, cette acculturation tristounette comblée par un malheureux mot…."Ligerien"

 

Si il y a bien un endroit qui au contraire était culturellement riche c’était bien celui là pourtant ! La langue bretonne, la langue gallaise, et même le poitevin dans l’extrême Sud y était parlé, une histoire riche, tous imprègnent encore le paysage, mais les aveugles ne les voient pas 

 

« On a jamais parlé breton en Loire Atlantique », commençons par détruire le mythe.

 

1983, Marie-Françoise Le Berre décède, avec elle les restes du breton du pays nantais, elle est la (ou sinon « l’une », c’est difficile à dire) des dernières personnes à connaître le dialecte breton de Loire Atlantique.

 

C’est à Batz sur mer (Bourc’h Baz), que les derniers bretonnants traditionnels de notre département ont vécus. Leur langue a été le sujet d'étude de Léon Bureau, qui ne fit pas moins de 3 dictionnaires,  malheureusement ce trésor est perdu...et il n’existe qu’un seul enregistrement ( et encore il est presque entièrement en français). Les travaux de collecteurs depuis le 19ème siècle et jusqu’à nos jours grâce à Gildas Buron ont permit cependant de regrouper à peu près 3000 mots, ainsi qu’une partie de sa syntaxe. Le dialecte breton du pays nantais était parent du haut vannetais, particulièrement des îles morbihannaises et a aussi des caractères en commun avec le gouëlard (côte-d’armor).

 

Ce sont les paludiers qui ont été les derniers à la transmettre

Mais revenons en arrière,

D'où vient le breton ?

 

Comme ailleurs en Bretagne, la langue s’est implantée avec les populations bretonnes immigrées de Grande Bretagne venues en Armorique dès la fin de l’Empire romain. Ces gens parlaient le brittonique. Là ils créèrent royaumes et communautés religieuses et se fondèrent avec la population locale, qui n'avait apparement pas tout à fait oublié une autre langue celtique : le gaulois. Les deux langues devaient être suffisamment proches pour qu’ils ne semblent pas qu’ils aient eux besoins d’interprètes. Les zones trop proches des grandes villes romaines, comme Nantes, Rennes ou Corseul, qui parlaient bas latin, continuèrent eux à parler la langue de l’Empire qui avec le temps donna naissance au gallo, de la même manière que le vieux brittonique donna naissance au breton

 

 _Mais jusqu'où a été parlée la langue bretonne dans le pays nantais ?
Il n'est pas facile de répondre à cela, cependant la toponymie nous permet de nous en faire une idée finalement assez précise.

Lorsqu’une région était habitée par des bretonnants, ces derniers ont bien évidemment appelé l’endroit où ils vivaient dans leur langue. Les travaux de J.Y Le Moing, sur ce fait ont permis de connaître la proportion de noms de lieux breton dans chaque commune de Haute Bretagne, ces cartes permettent d’une part d’avoir une idée du recul de la langue mais aussi de savoir jusqu’où fût son aire maximale. Ainsi, l’Erdre apparaît assez clairement comme étant une frontière entre la Bretagne bretonnante et romane au Haut Moyen age.

Une jolie carte sera plus efficace que de longs discours.



 


 _Qui parlait breton ?

En pays nantais l’élite a très vite adopté le roman, et dans les régions autrefois bretonnantes ont constate souvent le type : un nom de bourg roman ou gallo-roman (comme Nozay, Saillé, Derval…) mais des noms de village breton. Cela impliquerais un usage de la langue bretonne par les couches populaire.

C’est tout à fait l’inverse du phénomène du Nord de la Bretagne, (région de Saint Malo, Dinan, Saint Brieuc) où les nobles parlaient breton et le peuple roman.

Cela permet d’expliquer en partie pourquoi le recul de la langue bretonne fût ci violent dans le Nord alors qu’il fût beaucoup plus lent ici.

 


(Kerhinet/Kerhineg, la Brière à été longtemps un mur à l'avancée du roman)

_Et aujourd’hui ?

 Il y aurait environs 10 000 bretonnant en Loire Atlantique, ce qui est bien peu, par rapport à d’autre département où la langue bretonne est beaucoup moins implantée historiquement comme l’Ille et Vilaine. Cependant la hausse du nombre de brittophone est un bon signe, outre les cours du soir pour adultes, les écoles bilingues et immersives existent à Nantes, Guérande, Saint Nazaire et bientôt Savenay et Pornic.
à suivre...

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Seoc - dans Breton
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mitaw
  • Mitaw
  • : Dans ce blog vous trouverez des informations sur l'histoire, les langues, et les traditions orales du Nord-Ouest du pays nantais.
  • Contact

Plus d'infos sur notre page Facebook/ Kit d'hor pajenn Facebook da ouiet pelloc'h  : Mitaw Arblog

 

Recherche

Plus de photos sur notre Tumblr / Fotoioù ouzhpenn àr hon Tumblr :

 

Catégories